La qualité de nos produits, leurs provenances, leurs labels

Les objets publicitaires et les cadeaux d’affaires électroniques, informatiques, sont appréciés par les consommateurs. La fabrication de ces objets est réglementée. Depuis 1985, la taxe SORECOP intervient, dans la mise sur le marché, de certains objets publicitaires.

 

L’objet de la taxe Sorecop

La taxe SORECOP est née en 1985 pour protéger la propriété privée. Elle est prélevée sur tous les supports de données numériques : lecteurs DVD, lecteurs MP3, clés USB… Issue de la protection de la propriété privée, elle assure la protection des artistes, dont les œuvres peuvent être copiées. C’est Copie France, qui reçoit la taxe SORECOP. Son barème évolue en fonction du nombre d’objets publicitaire et de la puissance de leur mémoire.

La nouvelle Directive Européenne sur les déchets électriques et électroniques (appelée Directive EEE) est parue en juillet 2012 dernier. Elle annule et remplace l’ancienne Directive Européenne n° 2002/96.

Etat des lieux des déchets électriques et électroniques

La consommation d’objets domestiques et professionnels dont le fonctionnement nécessite un courant électrique ne cesse d’augmenter en France et dans le monde. A titre indicatif, on estime qu’il y a quinze ans, les ménages et les entreprises françaises ont généré plus de 1,5 millions de tonnes de déchets électriques et électroniques et que le taux de croissance de ce type de déchets est rapide et constant de l’ordre de 3 à 5% par année. D’après les dernières statistiques parues, les gadgets publicitaires personnalisés -tel que la parure de stylo personnalisé – qui font partie des cadeaux d’entreprise personnalisé pas cher retiennent vraiment l’attention de leurs acquéreurs -à plus de 85% des Français interrogés- lorsqu’il s’agit d’accessoires informatiques comme les clés USB ou les mini disques de stockage. Les volumes d’appareils et d’accessoires électriques et électroniques ne cessent donc de croitre avec une durée de vie moyenne de quelques années seulement.

Grandes lignes de la Directive EEE

La Directive EEE a pris effet dans les pays de l’U.E en février dernier avec une période transitoire de 6 ans au cours de laquelle chaque pays de l’UE doit mettre en place une organisation de la gestion et de la collecte des déchets électriques et électroniques avec l’objectif final de collecter séparément 85% des déchets électroniques produits dans l’U.E ou 65% des équipements vendus à l’horizon 2020. Le seuil de collecte de 45% des équipements électroniques vendus dans l’U.E. doit cependant être atteint dès 2016. Un tri séparé des déchets électriques et électroniques doit notamment être mis en place avec les moyens de collecte et d’acheminement dans les centres de recyclage associés. Ces déchets contenant des métaux lourds et précieux sont particulièrement intéressants pour le Législateur à plusieurs titres : leur impact environnemental d’abord qui doit être contrôlé et maîtrisé, leur intérêt économique ensuite en tant que matières valorisables et/ou précieuses à récupérer et/ou à recycler.

Définition de la certification PEFC

Le PEFC (Programme Européen des Forêts Certifiées) est une association créée en 1998 par des propriétaires forestiers de 6 pays européens. L’objectif du programme est de protéger les arbres des forêts. Pour ce faire chaque intervenant entre l’arbre et le bois transformé doit respecter des règles strictement définies. L’association délivre des autorisations PEFC garantissant le respect « des bonnes pratiques de gestion forestière durable ». Voir le logo PEFC sur un produit c’est l’assurance que le cahier des charges et la chaîne de contrôle ont été parfaitement suivis. La certification garantit donc la traçabilité des différents produits transformés.

Les objets publicitaires certifiés PEFC

Pour les entreprises, désirer respecter la forêt c’est choisir des objets publicitaires certifiés PEFC. Il en est ainsi par exemple du stylo logo en bois de cèdre utile sur le bureau de tous les clients et distribué en qualité d’articles publicitaires. Le marquage objet publicitaire est possible grâce à un marquage à chaud. Comme pour toute inscription, il peut représenter un logo ou tout simplement le nom de l’entreprise. De même que pour la promotion d’une marque, il est aussi possible de se tourner par exemple vers « une casquette publicitaire pas cher » en papier, ajustable autant au niveau du tour de la tête qu’en profondeur. Choisir la couleur renforcera le message à faire passer. Que le papier utilisé soit certifié PEFC ne gêne en rien de personnaliser l’objet.

Afin de répondre à une demande de plus en plus importante des consommateurs, il est plus que judicieux pour une entreprise de communiquer sur les valeurs écologiques et environnementales de son entreprise, de sa marque. L’objet publicitaire « green » est un support qui a fait ses preuves et qui permet à l’entreprise de conquérir de nouveaux clients, sensibles à la notion de responsabilité environnementale.

Le guide des principaux labels & normes concernant la provenance des matériaux :

Labels « textile »

Global Organic Textile Standard (GOTS) : GOTS est un programme de certification issu d’un regroupement international d’organismes de certification biologique. L’objectif principal de ce label est de garantir l’origine biologique des fibres utilisées pour la fabrication de textile. Les usines de transformation, de fabrication et les commerçants (importateurs, exportateurs, grossistes, etc.) qui adhèrent au programme sont soumis à un audit annuel très rigoureux, effectué par l’International Working Group (IWG).

Issus de l’agriculture biologique, les textiles et notamment le coton bio, disposent de leur propre label. Outre les origines biologiques des composants, ces labels garantissent qu’aucune texture chimique ou métaux lourds ne sont utilisés lors de la fabrication.

 

 

Oeko – Tex : Cette certification garantit que les tissus labellisés respectent le seuil réglementaire de substances polluantes, cancérigènes et allergènes. C’est le premier label visant à garantir les qualités humano-écologiques des textiles : exempt de produits toxiques pour le corps et pour l’environnement.

 

 

Agriculture biologique : Ce label français instauré par le ministère de l’agriculture est généralement présent sur les produits alimentaires et cosmétiques. Il garantit notamment qu’au moins 95% du produit concerné est d’origine agricole.

 

 

Définition de la certification PEFC

FSC et PEFC s’inscrivent dans une démarche de qualité environnementale.

Le label du Forest Stewardship Council garantit aux consommateurs que leurs produits en bois proviennent de forêts aménagées de façon durable. Les principes du FSC reposent notamment sur le respect des traités internationaux, celui des droits des peuples autochtones, des travailleurs forestiers et des communautés locales. Le respect de la diversité biologique des écosystèmes et de l'environnement en général sont également au centre des préoccupations, notamment la restauration et la conservation des forêts naturelles. Pour respecter les principes du développement durable, il est par exemple conseiller de replanter des arbres de manière responsable, à mesure qu'on en abat.

Pour obtenir le label FSC, il faut disposer d'un suivi régulier destiné à évaluer la condition de la forêt, les rendements des produits forestiers, la filière du bois, les opérations de gestion et leurs impacts sociaux et environnementaux. Ce label a été créé par l'ONG FSC, qui rassemble entre autres Greenpeace, Les Amis de la Terre et le WWF.

 

 

Le PEFC (Programme Européen des Forêts Certifiées) est une association créée en 1998 par des propriétaires forestiers de 6 pays européens. L’objectif du programme est de protéger les arbres des forêts. Pour ce faire chaque intervenant entre l’arbre et le bois transformé doit respecter des règles strictement définies. L’association délivre des autorisations PEFC garantissant le respect « des bonnes pratiques de gestion forestière durable ». Voir le logo PEFC sur un produit c’est l’assurance que le cahier des charges et la chaîne de contrôle ont été parfaitement suivis. La certification garantit donc la traçabilité des différents produits transformés.

Les objets publicitaires certifiés PEFC

Pour les entreprises, désirer respecter la forêt c’est choisir des objets publicitaires certifiés PEFC. Il en est ainsi par exemple du stylo logo en bois de cèdre utile sur le bureau de tous les clients et distribué en qualité d’articles publicitaires. Le marquage objet publicitaire est possible grâce à un marquage à chaud. Comme pour toute inscription, il peut représenter un logo ou tout simplement le nom de l’entreprise. De même que pour la promotion d’une marque, il est aussi possible de se tourner par exemple vers « une casquette publicitaire pas cher » en papier, ajustable autant au niveau du tour de la tête qu’en profondeur. Choisir la couleur renforcera le message à faire passer. Que le papier utilisé soit certifié PEFC ne gêne en rien de personnaliser l’objet.

 

 

Afin de répondre à une demande de plus en plus importante des consommateurs, il est plus que judicieux pour une entreprise de communiquer sur les valeurs écologiques et environnementales de son entreprise, de sa marque. L’objet publicitaire « green » est un support qui a fait ses preuves et qui permet à l’entreprise de conquérir de nouveaux clients, sensibles à la notion de responsabilité environnementale.

La norme ISO 14001 : La norme ISO 14001 s’applique aux entreprises qui mettent en place un système de management environnemental, c’est-à-dire où l’organisation est composée de façon à réduire l’empreinte écologique de ses activités. Actuellement reconnue dans 148 pays, la norme ISO 14001 est attribuée à une organisation qui respecte les obligations légales et propose régulièrement de nouveaux objectifs en faveur de sa politique environnementale. Concrètement, il s’agit de maîtriser les dépenses énergétiques, gérer au mieux les déchets, réduire la consommation d’eau, etc.

 

Labels « produits éco-conçus » :

L’objectif de ces labels est de garantir au consommateur que le produit à un impact réduit sur l’environnement tout en préservant ses qualités d’usage (articles de grande consommation et à usage professionnel).

L’Écolabel Européen : L’Écolabel est le label de certification écologique européen. Également géré par l’AFNOR, l’Écolabel analyse le cycle de vie d’un produit et son impact sur l’environnement.

 

 

Le label Imprim’Vert : Créée il y a 15 ans, Imprim’Vert est une marque qui a permis d’établir un cahier des charges environnemental pour les imprimeurs, et ce afin de limiter leur impact sur l’environnement. Ainsi, le label Imprim’Vert consiste à limiter l’utilisation de produits et substances toxiques pour l’impression, à réduire les consommations énergétiques, et à utiliser du papier issu de forêts gérées durablement.

 

 

Labels « produit équitable » :

Il n’existe à ce jour aucun label officiel concernant le commerce équitable. Max Havelaar, la référence Commerce Equitable, est le plus connu d’entre eux.

Max Havelaar : Label privé, Max Havelaar a été fondée en 1993, regroupe désormais 19 organisations dans le monde. Ce label ne vend et n’achète aucun produit, son rôle est cantonné à la mise en relation des producteurs avec les industriels. Il garantit que les producteurs sont payés au juste prix pour les récoltes fournies. Ce label assure également que les deux parties s’inscrivent dans une relation commerciale durable. Enfin, pour obtenir la certification, le produit doit être réalisé dans des conditions décentes et respectueuses de l’environnement.

 

 

Bio équitable : Ce label français créé en 2002 a pour objectif de garantir les conditions de l’agriculture biologique.

 

 

Méfiez-vous des « faux » labels !

La plupart des sigles qui suivent sont présents sur la quasi-totalité de nos emballages quotidiens. Cependant, il s’agit de simple auto déclaration ou information au consommateur, ne garantissant en rien la mise en œuvre d’une démarche environnementale de la part du fabricant.

Le point vert : Présent désormais sur 95% des produits, cette marque ne signifie pas que le produit sera recyclé. Le Point Vert assure seulement que le fabricant respecte l’obligation légale à laquelle il est soumis, à savoir, une contribution financièrement au programme de tri des déchets.

 

 

Le logo « A jeter » : Plus que célèbre, ce logo inscrit sur de nombreux produits incite seulement le consommateur à jeter l’emballage aux ordures et non sur la voie publique. Il ne signifie en rien que l’entreprise contribue à la préservation de l’environnement.

 

 

Le logo « Préserve la Couche d’ozone » : L’inscription de ce cycle n’indique en aucun cas que le fabricant préserve notre environnement par un processus de fabrication « écologique », mais que l’objet respecte simplement la loi sur le chlorofluorocarbone (CFC). Pour information, cette substance est formellement interdite depuis presque 20 ans.

Le symbole du recyclage (boucle de Moebius) : Cette mention signifie que le produit peut être recyclable, pas qu’il le sera…

 

Grenelle Environnement

Par ailleurs, l’application de certaines normes issues du grenelle environnement, visant à mettre en place des mesures liées au développement durable, implique de nombreux changements. Les entreprises concernées doivent adapter leur stratégie de développement durable fondée sur le triple objectif de lutte contre le réchauffement climatique, de préservation de la biodiversité et de la réduction des pollutions.

MON COMPTE
SE CONNECTER

Content de vous revoir ! Connectez-vous à votre compte

Besoin d'aide ?
ou
Créer un nouveau compte

Créer votre propre compte